web analytics

L’Espagne continuera d’utiliser l’hydroxychloroquine contre le coronavirus malgré l’interdiction française et les doutes de l’OMS

L’Agence des médicaments considère que les conclusions de l’étude qui a alerté sur le médicament ne sont pas “assez solides”

 

L’Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) considère que la récente étude publiée dans The Lancet qui mettait en garde contre les risques de l’hydroxychloroquine contre le coronavirus ne fournit pas de conclusions “suffisamment solides” pour cesser d’utiliser ce médicament en Espagne ou arrêter la recherche. en cours dans les hôpitaux.

Cette position contraste avec celle adoptée par la France, qui vient d’interdire l’utilisation de ce médicament pour traiter la covid-19, et les doutes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a suspendu un grand essai. Dans les deux cas, la décision a été prise après la publication de l’article dans The Lancet.

Pour l’AEMPS, “l’étude fournit des informations utiles”. “Mais c’est une étude observationnelle, pas un essai clinique, donc elle ne permet pas d’obtenir des preuves solides et incontestées car il y a beaucoup de facteurs qui influencent ces études qui peuvent faire qu’ils ne sont pas totalement fiables », explique un porte-parole de l’agence, qui relève du ministère de la Santé.

“Nous n’avons également reçu aucune alerte de sécurité, donc selon les sociétés scientifiques, nous ne considérons pas qu’il y ait des raisons d’arrêter les recherches en cours ou d’arrêter d’utiliser le médicament comme traitement expérimental”, ajoute ce porte-parole.

L’hydroxychloroquine, indiquée contre le paludisme et les maladies auto-immunes, a été l’une des plus utilisées contre le coronavirus (85% des patients hospitalisés en Espagne). Cependant, c’est expérimentalement, car, au-delà de certaines indications, il n’y a aucune preuve pour confirmer son efficacité.

La controverse sur l’hydroxychloroquine, causée en grande partie par la défense acharnée (et sans preuves à l’appui) que le président des États-Unis, Donald Trump , a faite de la drogue a vécu son apogée vendredi dernier, lorsque le prestigieux magazine The Lancet a publié la plus grande étude à ce jour sur la molécule.

Carlos Chaccour, chercheur à ISGlobal, souligne qu ‘«à l’heure actuelle, 131 essais cliniques actifs sont enregistrés dans le monde.» «Certains sont destinés au traitement, d’autres à la prophylaxie. Il existe de nombreuses façons et doses possibles d’utiliser ce médicament, dont certaines donnent de meilleurs résultats que d’autres. Des recherches supplémentaires sont nécessaires et ce qui n’a aucun sens est d’arrêter tous ces essais par une étude observationnelle.

Les travaux publiés dans The Lancet ont recueilli 96 000 patients dans 671 hôpitaux à travers le monde et ont conclu que l’hydroxychloroquine non seulement n’apportait aucun avantage, mais qu’elle augmentait le risque de souffrir d’arythmies et de mourir. La publication a conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à suspendre “temporairement” et par “précaution” l’ un des bras de l’étude Solidarité, qui fait la promotion de l’organisme, tandis qu’un comité indépendant analyse les données de sécurité.

“Mon opinion est que l’hydroxychloroquine ne fonctionnera pas contre le coronavirus. Mais je ne pense pas non plus qu’il soit toxique utilisé aux doses et directives habituelles », explique Santiago Moreno, responsable des maladies infectieuses à l’hôpital Ramón y Cajal (Madrid). “Cela dit, je pense que nous devons poursuivre nos investigations et j’ai du mal à comprendre que l’OMS n’adopte cette décision que sur la base des données d’une étude observationnelle telle que celle publiée”, ajoute Moreno.

L’AEMPS n’enlève rien à l’étude, mais considère qu’il y a plusieurs raisons de l’accueillir avec prudence. La première est que la recherche “est effectuée dans 165 pays, avec d’énormes différences entre les systèmes de santé”, ce qui peut saper la force des conclusions.

Il rappelle également que ce sont “les essais cliniques, dans lesquels il existe une intervention directe dans la pratique clinique, qui offrent les preuves scientifiques les plus solides”. L’ étude Lancet , d’autre part, “est observationnelle, qui est très utile car elle complète les essais et fournit beaucoup plus de cas”, poursuit l’agence.

L’AEMPS précise qu’en Espagne, 15 essais cliniques sont actuellement en cours sur l’hydroxychloroquine, huit pour le traitement et sept pour la prophylaxie”. Ce deuxième type ne cherche pas à guérir les personnes déjà infectées, mais à empêcher les personnes en bonne santé de s’infecter en étant en contact avec le virus, comme c’est le cas avec les professionnels de santé.

“De plus, presque tous les hôpitaux ont également des études d’observation en cours, car il s’agit d’un traitement expérimental largement utilisé en Espagne contre le coronavirus”, ajoute le porte-parole de l’agence.

L’AEMPS assure avoir discuté “avec les promoteurs des essais en cours en Espagne, auxquels on a demandé des informations sur la sécurité”. «Nous n’avions pas reçu d’alerte de sécurité, mais nous leur avons demandé de nouvelles informations. Nous avons également discuté avec des sociétés scientifiques et pour l’instant il n’y a pas de raison suffisante d’arrêter ces traitements ou investigations car il n’y a pas eu de problème et il ne semble pas qu’il y en aura “, conclut l’agence.

Source El Païs le 27 Mai 2020

Share Button

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *