web analytics

Des chercheurs britanniques et américains ont créé sans le vouloir une enzyme mutante qui détruit le plastique

L’objectif de départ de l’équipe était de comprendre le fonctionnement de l’une des enzymes d’une bactérie découverte au Japon il y a quelques années: l’Ideonella sakaiensis qui se nourrit exclusivement de PET ( le polytéréphtalate d’éthylène) , qui entre dans la composition de très nombreuses bouteilles.

Mais ils ont été un peu plus loin en concevant par accident une enzyme qui est encore plus efficace pour désagréger les plastiques PET”, selon les conclusions publiées lundi dans les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

Les scientifiques tentent maintenant d’en améliorer les performances dans l’espoir de pouvoir un jour l’utiliser dans un processus industriel de destruction des plastiques.

300 millions de tonnes, c’est la quantité de produits en plastique fabriqués chaque année dans le monde. Plus de neuf millions de tonnes de plastique aboutissent dans les mers de la planète chaque année. Des chercheurs ont estimé dans un récent rapport que d’ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans.

 

 

 

Share Button

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *