web analytics

Le Ⓐ anarchiste est un symbole d’extrême-droite pour le grand sociologue Michel Wieviorka! Des experts sans expertise, ça court les plateaux TV

Invité à commenter l’actualité des Gilets jaunes et les incidents du 5 novembre, il explique tranquillement que les A cerclés qu’il voit tagués dans Paris seraient des symboles… d’extrême droite.
Rappelons que l’émission s’appelle “L’Info du vrai “( on ne rit pas) et que ce Monsieur est directeur d’études à l’EHESS, ancien président de l’Association internationale de sociologie, administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, président du jury de la Bourse Michel Seurat (Cnrs), président à Bruxelles d’un panel du Conseil européen de la recherche, et encore Chevalier de la Légion d’honneur. Ouf…
Il suffit d’avoir fréquenté de près ou de loin les lycées des années 70 à 90 pour avoir croisé des “militants Anarchistes” qui parsemaient leurs cahiers de ce A cerclé grâce auquel ils se prenaient pour de grands résistants.

MAIS IL N’EST PAS LE SEUL EXPERT RIDICULE

Sylvain Boulouque, intervenant sur BFM TV, a été interrogé par la chaîne d’infos en continu sous l’angle « Casseurs : qui sont-ils ? » et tenté de décrypter une image de cortège. « On voit un drapeau avec des fleurs de lys, qui illustre la monarchie et la volonté d’un retour du roi », explique l’historien.

Pas de chance, cet “expert” a confondu avec le drapeau de la Picardie, dont la fleur de lys symbolise la proximité avec l’Île-de-France. De la même manière que le lion rouge renvoie à la proximité de la région avec les Flandres et non pas au cirque Pinder…
Professeur d’histoire à l’université de Nanterre après avoir été enseignant-chercheur à l’université de Reims.
Par ailleurs il est membre du comité de rédaction de la revue Communismeet contribue à la revue mensuelle « socialiste de critique littéraire, culturelle, artistique » LOURS, éditée par l’Office universitaire de recherche socialiste.
Il collabore également au think-tank Fondapol, qui se définit comme de centre-droit et d’orientation libérale.
En tant qu’« historien de la gauche radicale », il anime un « Observatoire de la gauche radicale » sur le site du Nouvel Observateur.
Il publie aussi des critiques sur le site Nonfiction, qui vise à « faire valoir les points de vue progressistes, à défendre et valoriser les livres de sciences sociales ».
En 2014, il a contribué au Dictionnaire des anarchistes… dont il aurait dû envoyer un exemplaire à Michel Wieviorka.

Share Button

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *