web analytics

L’ÂGISME EST UN NAUFRAGE

J’étais donc tranquillement installé sur une pierre plate descendant vers la mer, en Grèce, à l’arrière d’un monastère. L’endroit était désert, le paysage magnifique. Un rêve.

Arrivent cinq garçons, entre 25 et 30 ans, qui s’installent en cercle à trois mètres de moi et commencent à papoter en hurlant. Je prends mon mal en patience en me disant qu’ils ont le droit de vivre, etc., etc. Et puis au bout de trente minutes, je leur demande «  gentiment  » de baisser le son ou d’aller hurler plus loin vu qu’il y a plein de place…
Ils le prennent bien sauf un. Qui ensuite passe son temps à faire des allers-retour devant moi en sifflant finement la chanson de Jacques Brel « Les bourgeois, c’est comme les cochons… »
Je me raisonne, «  pas gueuler, pas taper  », et c’est presque avec cordialité que je demande au Monsieur s’il peut arrêter de siffler.
Celui-ci prend ses copains à témoin : «  Venez on se casse ! On va aller dans un coin où y’aura moins de vieux… »
Ne me demandez pas comment je me suis retrouvé sur mes pieds en le traitant de pelle à merde, il y a des moments où mon inconscient submerge mes efforts de bienséance.
Il est à noter que les cinq étaient gays genre grande folle. Je précise cela, car ce garçon qui a forcément dû être la cible de remarques homophobes ne s’est à aucun moment senti empêché de faire des remarques « vieillophobes ». Ce qui est très caractéristique de l’âgisme : on le pratique en toute innocence.

Psychiatre et gérontologue américain, Robert Butler a inventé le terme d’âgisme en 1969 pour décrire la discrimination que subissent les personnes âgées en raison de leur âge, tout comme le racisme et le sexisme existent en fonction de la couleur de la peau et le sexe. L’âgisme permet aux jeunes générations de voir les personnes âgées comme une catégorie à part. Elles cessent donc subtilement de s’identifier à leurs aînés en tant qu’êtres humains pour en faire, suivant les cas, des choses molles à révérer et protéger ou des boulets à traîner.

Aux États-Unis, lors du débat pour la primaire démocrate, il y a quelques jours, Joe Biden s’est fait attaquer sur son âge (77 ans) de manière insidieuse. « Vous avez dit le contraire il y a deux minutes ! Vous ne vous souvenez même pas de ce que vous avez dit il y a deux minutes ? » Et son concurrent à la primaire, Julian Castro, d’enfoncer le clou en répétant plusieurs fois : « Vous ne vous souvenez pas de ce que vous dites deux minutes avant ?!! » Dans ce cas précis, il s’avère que c’était Julian Castro qui avait mal compris et l’attaque lui est donc revenue en boomerang, mais l’intention y était. Biden est âgé, donc il doit perdre la mémoire.

L’exemple de Camille Chamoux traitant Alain Finkielkraut de «  Papy Finkielkraut  » pour mieux souligner la vétusté supposée de ses opinions est emblématique de la bonne conscience avec laquelle on peut se croire humaniste irréprochable et pratiquer l’âgisme sans honte et sans craindre l’opprobre moral des ayatollahs du « ce qui se fait ». Imaginons les cris d’orfraie qu’aurait poussés Camille, si elle avait entendu quelqu’un parler de « Finkie le PD », « Finkie le youpin »… Là, son humanisme se serait dressé tout entier contre le contrevenant aux bonnes mœurs. Mais disqualifier l’opinion de quelqu’un en raison de son âge ne lui a posé aucun problème.

Le consumérisme nous incite tous à «  combattre  » le vieillissement, comme s’il s’agissait d’un combat que nous pouvions gagner. Pour ceux qui en ont les moyens, cette période entre maturité et grand âge est présentée comme un mode de vie « cool, trop bien » où nous allons jouer au bridge entre deux parcours de golf, avec plein de nouveaux copains de notre âge, très propres, avec toutes leurs dents très blanches.

Les médias et la politique sociale nous vendent du « vieillissement réussi », illustré par le marathonien de 90 ans ou l’octogénaire toujours occupé à mille choses, si possible pour le bien d’autrui. Des mantras comme « 70 is the new 50 » soulignent la nécessité d’être vigoureux le plus longtemps possible. Cette conception du vieillissement « hyperactif  » et «  socialement utile » n’est finalement qu’une autre forme d’âgisme. Elle maintient la marginalisation et la responsabilité personnelle des personnes âgées malades et dépendantes qui n’ont pas réussi à « bien vieillir ». Les imbéciles !
Celles-là sont représentées comme un problème, un fardeau, un coût perpétuant les stéréotypes négatifs. C’est ainsi que les Millenials, ayant déjà eu la malchance de naître après les Trente Glorieuses, vont en plus devoir nous assumer, nous, salauds de baby-boomers qui nous sommes gavés autant que nous avons pu.

Rien de très nouveau à cela, d’ailleurs. Dans la Sardaigne préromaine, les vaillants Sardes tuaient les personnes âgées jugées inutiles en les jetant du haut d’une falaise. Mais avant cela, on leur faisait boire un poison, concocté à partir d’une herbe de l’île dite «  herbe sardonique  » (puisqu’on la trouvait en Sardaigne) qui provoquait des spasmes des muscles du visage. Le rictus des condamnés semblait indiquer qu’ils riaient et mouraient heureux. Le rire sardonique était né… (C’était la minute culture du vieux.)

Lorsque les étiquettes sont dures à lire, qu’il n’y a pas de rampe, que le pot de confiture est impossible à ouvrir, nous nous en voulons  : nous échouons à bien vieillir ! Alors que nous devrions en vouloir à l’âgisme qui rend ces transitions naturelles honteuses. La norme, c’est de ne plus arriver à l’ouvrir à un moment ou à un autre, ce putain de pot de confiture.

Mais la honte et la peur créent des marchés.
Et c’est peut-être là que réside la solution.

Car ce marché de la peur de vieillir, de la quête de l’éternelle efficience est en train de se transformer en marché d’accompagnement du vieillissement. Pas par bonté d’âme, rassurez-vous. Par réalisme économique. D’ici 2050, une personne sur cinq, c’est-à-dire près de 2 milliards de personnes, aura 60 ans ou plus. Ces personnes âgées représenteront un marché vaste, sans précédent et peu exploité. On les traitera donc en clients estimables à brosser dans le sens du poil…

L’autre piste consiste à faire réaliser aux « âgistes » que mépriser et écarter les vieux, c’est s’ostraciser par avance pour le cas où on aurait la chance d’atteindre l’âge dégoûtant qu’on fustige aujourd’hui. Contrairement à d’autres préjugés tels que le racisme, l’âgisme est unique en ce qu’il vise le futur de ceux qui le pratiquent.
Réhumaniser les personnes âgées est donc la seule solution d’avenir pour les jeunes.

Share Button

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *